Fermer

Mairie de Villeurbanne

LE MICROCREDIT SOLIDAIRE

Un nouveau coup de pouce social 

Depuis la loi de cohésion sociale de 2005, le microcrédit peut être utilisé pour financer des prêts personnels. C'est la Caisse des Dépôts qui gère le fonds de cohésion social garantissant les prêts. Grâce à cet outil pas comme les autres, Villeurbanne franchit une nouvelle étape dans la solidarité.
> Télécharger la plaquette sur le microcrédit solidaire

Le microcrédit ? Un concept inventé en 1971 au Bangladesh par Muhammad Yunus, récompensé du Prix Nobel de la Paix en 2006. Il s’agit, en prêtant de petites sommes d’argent à des personnes exclues du prêt, de les aider à porter leur projet d’entreprenariat pour sortir de la pauvreté. Le principe se décline en France depuis 1989 pour l’aide à la création d’entreprise et 2005 pour le prêt personnel. C’est ce deuxième volet que Villeurbanne va soutenir grâce à son dispositif de microcrédit solidaire.
 
Accéder au système bancaire classique
« Le microcrédit solidaire permet aux bénéficiaires de surmonter des périodes complexes de leur vie, mais aussi d’accéder ensuite au système bancaire classique », observe Simon Movermann, directeur général adjoint des services. Dans cette optique, Villeurbanne a choisi deux partenaires. Côté bancaire, la Caisse d’Epargne a été retenue « pour son expérience : elle dispose d’une association dédiée à cette démarche - Parcours Confiance -, mais aussi en raison du taux proposé, aligné sur le livret A », explique Dany Montois, adjointe en charge de la Solidarité. Côté social, la Croix-Rouge s’inscrira « en appui du Centre communal d’action sociale (CCAS) pour identifier et informer les bénéficiaires potentiels du microcrédit », explique Anne-Marie Margat, chef du projet pour l’association. D’autres associations pourraient, à terme, rejoindre le dispositif.

En pratique
Au final, la démarche est simple : les emprunteurs potentiels seront identifiés par le CCAS ou la Croix-Rouge, qui les aideront à monter un dossier. Celui-ci sera transmis à Parcours Confiance, qui prendra le relais pour valider, évaluer et accorder le prêt. Celui-ci servira à financer des projets autour de l’emploi, de la mobilité, du logement, de l’équipement ménager, de l’éducation et de la formation, de la cohésion familiale ou encore pour faire face à un accident de la vie. Outre la marque de confiance qu’il représente, le bénéfice du microcrédit peut être de taille sur le long terme. Prenons l’exemple d’un prêt de 400 euros sur dix-huit mois pour acheter un lave-linge. En utilisant la laverie, le budget mensuel d’une famille monoparentale s’élève à 26 euros. Avec une machine utilisée en heure creuse, le même nombre de lessives ne coûte que 1,30€. Soit, une économie de presque 2€ par mois pendant le remboursement du prêt, puis de 24,70€ par la suite.

Un dispositif original
Avec cette opération, Villeurbanne innove à plusieurs égards. D’abord grâce à Parcours Confiance, qui accompagne l’emprunteur de A à Z, notamment avec des formations gratuites. Ensuite, par le biais d’un système de bonification (remboursement de tout ou partie des intérêts de l’emprunt) et d’aide complémentaire qui devraient être proposés par la ville. « Le microcrédit est une première étape pour faire évoluer les outils et les programmes de solidarité. Cette réflexion s’inscrit pleinement dans la tradition villeurbannaise d’innovation sociale », conclut Simon Movermann.<

Chiffres
1,25% : Taux actuel du microcrédit proposé par la Ville, aligné sur le taux du Livret A
300 € : Somme minimum empruntable dans le cadre du microcrédit solidaire
3000 € : Plafond d’emprunt pour le microcrédit solidaire
10 000 € : Enveloppe consacrée par la Ville à cette opération
6 à 36 mois : Fourchette de durée des remboursements, en fonction de la somme empruntée

> Voir l'interview de Dany Montois sur le microcrédit